Avocat autoentrepreneur

Avocat autoentrepreneur c’est possible : les avocats ne dérogent pas aux dispositions d’ordre public du code du travail sur la requalification de la relation de travail. Un avocat s’étant enregistré comme autoentrepreneur ... 

Plus de détails

Un avocat autoentrepreneur obtient le statut de salarié

 

Avocat autoentrepreneur c’est possible

 

Les avocats ne dérogent pas aux dispositions d’ordre public du code du travail sur la requalification de la relation de travail.   Un avocat s’étant enregistré comme autoentrepreneur (juridiquement possible mais a priori peu adapté en raison du seuil de 32 900 €, de la non déductibilité des charges et de l’affiliation impérative à la CNBF), a obtenu la requalification de sa collaboration en contrat de travail à durée indéterminée.  

 

De la collaboration au CDI

 

L’avocat a produit des échanges de courriels intervenus avec son « employeur » dont il ressortait i) qu’il devait remplir le formulaire Heliaste interne au cabinet et destiné à la fixation des honoraires présentés aux clients : ii) que l’employeur contrôlait la durée de son temps passé avec les clients ou prospects en fonction des enjeux financiers des dossiers et lui imposait de limiter le temps passé dans des affaires sans perspectives, iii) la constitution de dossiers de contestation d'honoraires lui a été confiée avec des instructions précises, iv) des instructions très précises sur les réponses à apporter aux clients lui ont été données, v) des directives lui ont été également données sur la façon de rédiger des articles pour le site internet du cabinet, vi)  il devait rendre des comptes sur les dossiers traités, vii) des horaires de présence lui étaient imposés.

 

En conséquence, il était établi que le collaborateur avait travaillé au sein du cabinet dans des liens de subordination, ce qui résulte des conditions du travail réalisé, son employeur lui ayant fourni le cadre et le matériel, lui ayant donné des instructions précises sur le traitement des dossiers et en ayant contrôlé la réalisation, de même qu'était contrôlée la présence du salarié au cabinet aux horaires en vigueur.

 

Il n'apparaissait pas que le collaborateur ait eu une responsabilité propre sur les dossiers traités, et qu'il ait été en mesure de signer les actes rédigés sous son nom, les réponses apportées aux prospects du site internet étant contrôlées là encore par son employeur.

 

Dissimulation d’emploi retenue  

 

La dissimulation d'emploi salarié a été jugée caractérisée eu égard à la qualité d'avocat de l’employeur qui ne pouvait pas établir qu'il n'avait pas connaissance de la situation exacte du salarié dans le cabinet, ni de ses conditions d'emploi, alors qu'il l'a incité à prendre le statut d'autoentrepreneur. Par suite, c'est intentionnellement que le donneur d'ouvrage s'est soustrait à l'accomplissement des formalités d'embauche, et à la délivrance du bulletin de paie. L’employeur a été condamné à payer au salarié plus de 22 000 € à titre de dommages et intérêts.

 

Questions Réponses

Pas encore de question, posez-la vôtre

Donnez votre avis

Avocat autoentrepreneur

Avocat autoentrepreneur

Avocat autoentrepreneur c’est possible : les avocats ne dérogent pas aux dispositions d’ordre public du code du travail sur la requalification de la relation de travail. Un avocat s’étant enregistré comme autoentrepreneur ... 

Nouveau : avec Uplex.fr, signez tous vos documents juridiques (contrats, bons de commande …) avec une signature électronique fiable, sécurisée et reconnue juridiquement (conforme aux standards européens). Signature électronique 100% Sécurisée. En utilisant la signature électronique, vous accélérer votre productivité tout en préservant l’environnement.

QU’EST-CE QU’UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

Une signature électronique est un symbole ou un ensemble d’autres données au format numérique joints à un document électronique et appliqués ou adoptés par une personne avec l’intention de signer. Le plus souvent, les signatures électroniques prennent la forme d’une image représentant une signature physique.

POURQUOI UTILISER UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

Le fait de signer électroniquement des documents permet de gagner du temps. Si quelqu’un vous envoie un document à signer, vous n’avez plus à l’imprimer, le signer et le scanner pour enfin le renvoyer. Vous pouvez signer électroniquement le document en quelques minutes et le renvoyer immédiatement. Vous pouvez même ajouter votre signature électronique sur un document à l’aide de votre tablette ou d’un appareil mobile.

LÉGAL, SÉCURISÉ ET PROFESSIONNEL

La signature électronique a une forte valeur légale en France comme dans le reste de l’Union Européenne. Forte de nombreuses jurisprudences en sa faveur, elle a pu depuis quelques années prouver sa valeur juridique. La solution Uplex.fr  est conforme aux exigences techniques de la Signature Electronique Avancée et également de la Signature Electronique Qualifiée (SEQ) au sens du règlement eIDAS.  Des certificats numériques permettant de maximiser la sécurité des transactions et des signatures sont nativement intégrés à nos solutions (conformité aux exigences ETSI). Les signataires n’ont plus besoin d’acheter un certificat numérique avant de pouvoir effectuer une signature. Est intégré, un certificat de signature recevable devant les tribunaux, avec un système de traçabilité numérique complet permettant de confirmer la validité de vos transactions. La solution Uplex.fr repose également sur les normes de chiffrement, les pratiques de conservation et de stockage et la sécurité des données les plus rigoureuses du secteur. En conséquence, vous êtes assuré de l’intégrité des données et ainsi de la légalité de vos transactions.

COMMENT PROFITEZ DE LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE 

Étape 1. Téléchargez un modèle sur Uplex.fr

Étape 2. Adressez-nous par email votre document finalisé (contrat, bon de commande …) ainsi que l’email de votre / vos cocontractant(s).

Étape 3. Cliquez sur le lien « Signez électroniquement votre document » (envoyé également à votre cocontractant).