Contrat de coproduction de Documentaire

62,40 €

Contrat de coproduction de Documentaire à Télécharger. Mises à jour offertes avec le département droit audiovisuel de la plateforme juridique de référence Actoba.com + Questions réponses juridiques gratuites + Accès au Cloud juridique.   

Plus de détails

Objet du Contrat de Coproduction de Documentaire

 

Contrat de coproduction de Documentaire à Télécharger. Ce contrat est conclu entre deux (ou plus) Coproducteurs qui peuvent être de simples partenaires financiers, de véritables producteurs ou même des auteurs (apports en nature à la coproduction).  

 

 

Clauses sensibles du Contrat de Coproduction de Documentaire  

 

Ce contrat stipule notamment les clauses relatives à la clé de répartition, au plan de financement, au budget de la coproduction, au générique, à la cession des droits, aux modes de distribution, aux Recettes Nettes Part Producteur, à la répartition des droits d'exploitation ...

En matière de collaboration commune sur un documentaire, il est conseillé de se répartir les droits par contrat, avant la production. Par ailleurs, il convient de procéder à un dépôt commun auprès de la SACD. A propos des droits d’auteurs relatifs à l’oeuvre audiovisuelle (reportage) « Turquie/Grèce, la nouvelle frontière »  une journaliste a obtenu la condamnation d’un coauteur. Le contrat avait pour objet la commande d’une œuvre audiovisuelle pour France Télévision, plus particulièrement un reportage d’une durée de 26 minutes pour l’émission « Envoyé Spécial » dont le titre provisoire était « Turquie-Grèce : Une Frontière Poreuse » traitant du sujet du passage des migrants.  Une discussion est alors intervenue entre les coauteurs à propos de la répartition des droits d’auteur sur ce reportage. Le coauteur qui n’avait que très peu participé à la préparation de la logistique du tournage et au montage, s’était déclaré unique auteur à la SACD et avait indûment perçu près de 5000 euros. Les autres coauteurs lésés ont obtenu la condamnation de l’auteur déposant. Le litige résidait également dans la clé de répartition des droits d’auteur à convenir entre les parties. Rien ne démontrant la moindre participation du déposant dans le tournage, la journaliste réalisatrice a perçu 70% des droits d’auteur.

 

Statut particulier du réalisateur de documentaire

 

A savoir en matière de coproduction de documentaires : la classification des documentaires par les sociétés de gestion collective (SCAM) est déterminante pour la rémunération du réalisateur. En effet, un documentaire classé par la SCAM dans la catégorie D « reportage » et non dans la catégorie A « documentaire unitaire et grand reportage unitaire », réduit la rémunération des droits d’auteur des réalisateurs de 35%. Comme illustré par cette affaire, les décisions de classification des sociétés de gestion de droits peuvent être contestées devant le juge judiciaire. Le critère déterminant pour distinguer un reportage d’un documentaire est la référence à une ligne éditoriale devant être respectée par les coréalisateurs, la seule indication du sujet de l’oeuvre ne constituant pas une ligne éditoriale.

 

CLASSIFICATION DES DOCUMENTAIRES PAR LA SCAM

Plusieurs réalisateurs ont contesté avec succès la classification de leurs oeuvres audiovisuelles par la SCAM, qui avait classé ces dernières dans la catégorie D « reportage » et non dans la catégorie A « documentaire unitaire et grand reportage unitaire ». Il existe une autonomie de la classification des oeuvres prévue par le barème de rémunération de la SCAM quant à la définition qu’ils donnent des oeuvres que cette société de gestion collective gère. Cette classification ne se réfère pas à la qualification des oeuvres prévue par le code de propriété intellectuelle. Pour autant, il appartient au juge de s’assurer de la bonne application, par les organes d’une société de perception et de répartition des droits, des procédures et dispositions statutaires, en ce compris le barème de classement des oeuvres audiovisuelles, ce qui ne remet pas en cause l’autonomie de ce barème. Il revient à la juridiction judiciaire de vérifier la mise en oeuvre des critères de classification retenus afin de s’assurer du respect des dispositions statutaires applicables, ce qui ne saurait s’analyser en une substitution aux organes de la SCAM, et le caractère autonome de ce barème ne peut empêcher la juridiction judiciaire de veiller à leur bonne application dans les rapports entre la SCAM et ses adhérents. Enfin, un contrat (les statuts de la SCAM) s’interprète d’après les termes de la commune intention des parties plutôt qu’en s’arrêtant au sens littéral des mots, et il revient au juge d’examiner si les dispositions statutaires ont été interprétées par la SCAM conformément à cette commune intention. Aussi, le contrôle de l’application du barème ne constitue pas une immixtion dans le fonctionnement de la SCAM.  

REPORTAGE OU MAGAZINE

Dans les règles de répartition des droits d’auteur de la SCAM, un reportage est défini ainsi « toute oeuvre audiovisuelle intégrée dans un magazine ou insérée à un plateau, qu’elle soit ou non accompagnée d’autres oeuvres, est présumée obéir à une ligne éditoriale et être conçue en vue du magazine ou du plateau dans le cadre duquel elle a été diffusée ; elle relève en conséquence du genre ‘reportages’, sauf à ce que son (ses) auteur(s) apporte(nt) la preuve contraire ». Ces règles ne définissent pas le documentaire unitaire ou grand reportage unitaire, catégorie dans laquelle les réalisateurs ont voulu voir classer leurs oeuvres, ni le magazine. Au vu de la définition qui précède, toute oeuvre, intégrée dans un magazine ou insérée dans un plateau, est présumée obéir à une ligne éditoriale et être conçue en vue de cette émission, et relever du ‘reportage’, sauf si la preuve contraire est rapportée. Si la SCAM indique que constitue un ‘magazine’ au sens de son barème une émission consacrée à un thème donné, diffusée de façon périodique et pendant une durée non fixée, qu’il y ait ou non présentateur et plateau, une telle définition ne figure pas dans les règles de répartition des droits d’auteur, l’émission dans laquelle étaient intégrées les œuvres audiovisuelles, ne contenait pas de plateau de télévision.

Concernant l’émission en cause, chaque documentaire d’une durée de 26 minutes est consacré à un thème ; il est suivi d’une courte séquence d’une minute qui donne des informations précises sur le sujet. Ils sont diffusés le premier lundi de chaque mois et rediffusés le samedi suivant sur France 5. Ainsi, la chaîne France 5 visait expressément des documentaires, et non des reportages ; l’UNADEV (Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels), partenaire et soutien de l’émission ‘A vous de voir’, la présentait également comme une série de documentaires. La thématique de l’émission, qui est le traitement de sujets portant sur la vie des personnes aveugles et déficientes visuelles, ne peut suffire à constituer une ligne éditoriale. Les contrats conclus entre la société de production et les réalisateurs indiquaient  notamment « que le producteur a conçu une série de films documentaires intitulée ‘A vous de voir’ ayant pour thème la déficience visuelle, dont le titre appartient au Producteur. … Que le Producteur souhaite confier au Réalisateur en relation avec monsieur X, également co-Réalisateur, l’écriture du synopsis et des commentaires d’un des films documentaires de la série de films documentaires ainsi que la réalisation du film documentaire pour les personnes aveugles et malvoyantes, intitulé provisoirement … ». Ces contrats précisaient aussi le thème de chaque film.

Ces contrats ne définissent ni ne font référence à une ligne éditoriale devant être respectée par les coréalisateurs, la seule indication du sujet de l’oeuvre ne constituant pas une ligne éditoriale. En conséquence, il n’était pas établi qu’il existait une ligne éditoriale à laquelle les oeuvres ont obéi et qu’elles entraient dans la catégorie ‘reportage’, de sorte que les réalisateurs  étaient fondés à contester ce classement par la SCAM.

 

DÉLAIS POUR AGIR

Attention, les réalisateurs n’ont que peu de temps pour agir : au vu de l’article 23 du Règlement général de la SCAM “toute contestation du classement d’une oeuvre déclarée doit être adressée dans les trois mois suivants la date du premier règlement des droits de diffusion opéré par la société…. Passé ce délai, aucune réclamation ne sera recevable”.

 

Description de ce modèle de Contrat de coproduction de Documentaire  :

- Format : Word 
- Téléchargement immédiat : oui
- 16 pages 
- Mise à jour : Oui 
- Modifiable librement : Oui 
- Revente / Publication : interdite 

Questions Réponses

Pas encore de question, posez-la vôtre

Donnez votre avis

Contrat de coproduction de Documentaire

Contrat de coproduction de Documentaire

Contrat de coproduction de Documentaire à Télécharger. Mises à jour offertes avec le département droit audiovisuel de la plateforme juridique de référence Actoba.com + Questions réponses juridiques gratuites + Accès au Cloud juridique.   

Nouveau : avec Uplex.fr, signez tous vos documents juridiques (contrats, bons de commande …) avec une signature électronique fiable, sécurisée et reconnue juridiquement (conforme aux standards européens). Signature électronique 100% Sécurisée. En utilisant la signature électronique, vous accélérer votre productivité tout en préservant l’environnement.

QU’EST-CE QU’UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

Une signature électronique est un symbole ou un ensemble d’autres données au format numérique joints à un document électronique et appliqués ou adoptés par une personne avec l’intention de signer. Le plus souvent, les signatures électroniques prennent la forme d’une image représentant une signature physique.

POURQUOI UTILISER UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

Le fait de signer électroniquement des documents permet de gagner du temps. Si quelqu’un vous envoie un document à signer, vous n’avez plus à l’imprimer, le signer et le scanner pour enfin le renvoyer. Vous pouvez signer électroniquement le document en quelques minutes et le renvoyer immédiatement. Vous pouvez même ajouter votre signature électronique sur un document à l’aide de votre tablette ou d’un appareil mobile.

LÉGAL, SÉCURISÉ ET PROFESSIONNEL

La signature électronique a une forte valeur légale en France comme dans le reste de l’Union Européenne. Forte de nombreuses jurisprudences en sa faveur, elle a pu depuis quelques années prouver sa valeur juridique. La solution Uplex.fr  est conforme aux exigences techniques de la Signature Electronique Avancée et également de la Signature Electronique Qualifiée (SEQ) au sens du règlement eIDAS.  Des certificats numériques permettant de maximiser la sécurité des transactions et des signatures sont nativement intégrés à nos solutions (conformité aux exigences ETSI). Les signataires n’ont plus besoin d’acheter un certificat numérique avant de pouvoir effectuer une signature. Est intégré, un certificat de signature recevable devant les tribunaux, avec un système de traçabilité numérique complet permettant de confirmer la validité de vos transactions. La solution Uplex.fr repose également sur les normes de chiffrement, les pratiques de conservation et de stockage et la sécurité des données les plus rigoureuses du secteur. En conséquence, vous êtes assuré de l’intégrité des données et ainsi de la légalité de vos transactions.

COMMENT PROFITEZ DE LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE 

Étape 1. Téléchargez un modèle sur Uplex.fr

Étape 2. Adressez-nous par email votre document finalisé (contrat, bon de commande …) ainsi que l’email de votre / vos cocontractant(s).

Étape 3. Cliquez sur le lien « Signez électroniquement votre document » (envoyé également à votre cocontractant).