Contrat d'option

49,90 €

Contrat d'option audiovisuelle ou cinématographique à télécharger. Les mises à jour et alertes juridiques sur ce Contrat sont offertes avec le département droit de l’audiovisuel de la plateforme juridique Actoba.com. Ce modèle peut être téléchargé avec le forfait illimité de modèles de contrats. 

Plus de détails

Objet du Contrat d’Option

 

Contrat d'option audiovisuelle ou cinématographique à télécharger. Lorsque le Producteur peut négocier dans l’intérêt commun de l’Auteur les droits d’adaptation cinématographique et télévisuelle sur une œuvre littéraire (présentée ou non sous la forme d’un scénario, le Contrat d’option est l’outil contractuel.  Par le Contrat d’option, l’Auteur confie au Producteur un mandat exclusif de représentation pour rechercher et négocier avec des diffuseurs et/ou autres producteurs les droits d’adaptation cinématographique et télévisuelle de l’œuvre en tous pays et lui conférer une option aux fins de cette adaptation.

 

Contrat d’option et Mandat de recherche

 

L’Auteur accorde ainsi au Producteur le mandat, exclusif et à titre gratuit, de le représenter aux fins de la recherche de producteurs intéressés et de la négociation avec eux des droits d’adaptation cinématographique et télévisuelle de l’œuvre en toutes langues et en tous pays. L’Auteur concède aussi au Producteur une option exclusive pour acquérir les droits d’adaptation cinématographique et télévisuelle de l’œuvre en toutes langues et en tous pays. Le Producteur se trouve  autorisé à négocier pour lui-même avec les tiers, dans le cadre de ce mandat d’intérêt commun, d’agir comme producteur associé (« associated producer») ou de producteur au contenu («creative producer») aux fins de la production de l’adaptation cinématographique ou télévisuelle de l’œuvre.

 

 

Levée de l’option

 

 

Le Producteur transmet à L’Auteur toute offre reçue de tiers aux fins de la levée de l’option consentie et de l’acquisition des droits d’adaptation cinématographique et télévisuelle sur l’œuvre, avec toutes les informations usuelles sur les tiers offrants.

 

Garanties de l’Auteur

  

L’auteur garantit qu’il détient tous les droits nécessaires aux fins de l’adaptation et de la production de l’œuvre sous forme cinématographique et télévisuelle en tous pays, notamment tous les droits d’adaptation, de reproduction, de représentation publique de l’œuvre sous toutes formes audiovisuelles, sur tous supports et en tous pays.

 

Clauses minimales du contrat d’option audiovisuelle 

 

Le Contrat d’option est un contrat conclu avant la production d’une œuvre audiovisuelle afin de déterminer la viabilité / faisabilité du projet de production. Il s’agit d’un contrat sous la condition suspensive que l’option soit levée par le producteur. Le contrat d’option doit a minima stipuler certaines clauses parmi lesquelles :  

L’objet de la commande : « Le producteur envisage de produire un documentaire de création destiné principalement à la télévision dont les caractéristiques sont les suivantes : titre (provisoire ou définitif) / durée approximative / format de tournage / genre / auteur, ci-après dénommé l’oeuvre. Le producteur demande à l’auteur, qui l’accepte, de collaborer à l’écriture d’un avant-projet de l’oeuvre. Le producteur acquiert par les présentes les droits d’auteur sur l’oeuvre afférents à ladite contribution. Il est convenu entre les parties que ce contrat d’option vaut pour la phase de développement. Dès la signature de la convention de coproduction ou de préachat avec le premier diffuseur et, en fonction des termes de celle-ci, l’option sera levée, il sera établi un contrat dont les termes, notamment sur le plan financier, seront conformes au devis accepté par la chaîne ou les chaînes.  

Conditions de la commande : L’auteur devra se conformer, pour le travail, qui lui est confié, aux indications données par le producteur. Il s’engage à accepter de procéder ou voir procéder aux remaniements de sa contribution nécessités par les impératifs et les objectifs de la production et ce jusqu’à l’acceptation du ou des films par une chaîne. Le producteur se réserve la faculté de refuser les travaux fournis en tout ou en partie et d’adjoindre à l’auteur un ou plusieurs co-auteurs si nécessaire. 

Cession de droits : Sous réserve de l’exécution intégrale des présentes et du parfait paiement par le producteur des sommes dues pour l’exploitation de l’oeuvre, l’auteur cède au producteur, à la levée de l’option, pour le monde entier et à titre exclusif, les droits d’exploitation télévisuelle et secondaires et dérivés découlant de sa collaboration à l’oeuvre. (…) 

Durée et étendue des droits : (…) Au cas où, dans un délai de deux années à compter de la signature du contrat, le film n’aurait pas été réalisé, le présent contrat serait résolu de plein droit par la seule arrivée du terme et sans qu’il soit besoin d’une mise en demeure ou formalité judiciaire quelconque. L’auteur reprendrait alors la pleine et entière disposition de tous ses droits, les sommes perçues lui restant, en tout état de cause, définitivement acquises sans qu’il puisse prétendre cependant à une indemnité supplémentaire quelconque du fait de la non-réalisation.  

Rémunération : En contrepartie de la cession des droits, l’auteur percevra, au titre de l’option

1 – Une rémunération forfaitaire au titre du minimum garantie de ….. euros bruts (…). Cette somme sera payée à l’auteur selon les modalités de versement définies ci-après et n’est pas productive d’intérêts. Le producteur se remboursera du montant de ce minimum garanti sur l’ensemble des sommes dont il sera redevable à l’auteur par le jeu du pourcentage prévu au présent article. Si l’ensemble des sommes revenant à l’auteur du fait de ces pourcentages était inférieur au montant du minimum garanti, le producteur ne pourrait pas exercer de recours contre l’auteur pour la différence. 

2 – Une rémunération proportionnelle selon les modalités suivantes : (…)

2-1 Exploitation télévisuelle

(…)

2-2 Exploitation secondaire et dérivée

(…)

Règlements : Les sommes dues au titre de l’article précédent seront payées selon l’échéancier suivant : 1- … euros à la signature du présent contrat 2- … euros à la remise des textes définitifs 3- …  euros à l’acceptation des textes par un diffuseur, après modifications s’il y a lieu. Pour chacune de ces sommes, il sera déduit, au moment du règlement, les montants de la cotisation AGESSA et de la CSG.

Le contrat d’option peut être accompagné d’une lettre d’intérêt.

 

Requalification du contrat d’option audiovisuelle

 

La Cour de cassation a confirmé que le contrat d’option par son objet même n’avait pas vocation à être requalifié en contrat de travail.  Il résulte clairement du contrat d’option qu’il s’agit d’un contrat conclu exclusivement pour l’écriture d’un projet audiovisuel et pour l’aménagement des modalités de cession et de rémunération des droits d’auteur afférents.  Dans cette affaire, le signataire du contrat d’option soutenait que l’exécution de ce contrat d’écriture avait donné lieu parallèlement, à la fourniture de prestations de travail « techniques » dans le cadre d’un contrat de travail subordonné verbal, donc à durée indéterminée, soumis à la convention collective nationale des techniciens de la production cinématographique et rompu abusivement et sans respect des formes par la société employeur. Il expliquait que la société de productions lui avait demandé de réaliser des travaux techniques pour le développement et la préparation du documentaire tels que repérages, interviews, tournage, montage de séquences « pour le début de réalisation d’un film » et réalisation d’un « teaser » destiné à la présentation du documentaire et à « prendre de l’avance » sur la réalisation du film dès qu’il serait accepté par une chaîne. Il ajoutait que la société lui avait remis pour ces travaux du matériel de tournage et de post production, cassettes, caméra, lumières, banc de montage, ordinateur …

Toutefois, il était acquis que le film documentaire était resté au stade du projet et de la phase de développement et n’a été ni réalisé ni diffusé, le projet ayant été refusé par les chaînes de télévision. La société avait provisionné dans ses comptes des sommes pour les frais (« défraiement »), et non la rémunération des repérages effectués par le collaborateur et pour ceux relatifs à la confection du « teaser » et avait fourni à celui-ci du matériel et des équipements pour les besoins de ces repérages et tournage.

En revanche, rien ne permettait de retenir que la société de production avait demandé au collaborateur  de réaliser et tourner le documentaire projeté, ou de fournir des prestations excédant ce qui était nécessaire pour la phase de développement et de présentation du projet, notamment en ce qui concerne les repérages, la nature et l’importance des séquences tournées. Il n’est pas même justifié que c’est la société productrice qui a commandé la confection du « teaser », lequel fait habituellement partie, lorsqu’il existe, du dossier de présentation du projet au même titre que le synopsis, la circonstance qu’elle a accepté de défrayer le collaborateur pour les frais exposés par lui à cette occasion étant sans incidence à cet égard.

En outre, s’il est exact que le collaborateur figurait en qualité de « réalisateur » sur divers documents, spécialement sur ceux destinés au CNC, il est ainsi désigné pour la réalisation ultérieure du documentaire lui-même et non pour celle, préalable, de la finalisation du projet.  

Il s’ensuit que, la preuve n’étant rapportée ni d’un travail de réalisation ni plus généralement de l’exécution d’un travail subordonné entre la société de production pour la période considérée, le contrat de travail allégué n’est pas établi. La confection, tant du document papier illustré que du document DVD, implique en effet nécessairement de procéder à des repérages avec de courtes séquences filmées des personnages retenus pour la réalisation du documentaire. En revanche, il n’apparaît pas qu’un accord ait été donné au collaborateur pour procéder à la réalisation du documentaire et des instructions données en ce sens. Le contrat de travail de réalisation revendiqué suppose qu’un travail de cette nature lui ait été confié sous la subordination de l’employeur, ce qu’il n’établissait pas. 

Description de ce Contrat d’Option

- Téléchargement immédiat : oui 
- Format : Word 
- 8 pages 
- Mise à jour : Oui 
- Modifiable librement : Oui 
- Revente / Publication : interdite

 

Questions Réponses

Pas encore de question, posez-la vôtre

Bien complet

Contrat d'option que j'ai faits signer sans soucis, à adapter car beaucoup d'options selon la configuration,

    utile

    recourir à ce contrat permet aussi d’avoir une exclusivité,, souplesse garantie vis à vis des scénaristes, qualité de ce contrat ok

      Donnez votre avis !

      Donnez votre avis

      Contrat d'option

      Contrat d'option

      Contrat d'option audiovisuelle ou cinématographique à télécharger. Les mises à jour et alertes juridiques sur ce Contrat sont offertes avec le département droit de l’audiovisuel de la plateforme juridique Actoba.com. Ce modèle peut être téléchargé avec le forfait illimité de modèles de contrats. 

      Nouveau : avec Uplex.fr, signez tous vos documents juridiques (contrats, bons de commande …) avec une signature électronique fiable, sécurisée et reconnue juridiquement (conforme aux standards européens). Signature électronique 100% Sécurisée. En utilisant la signature électronique, vous accélérer votre productivité tout en préservant l’environnement.

      QU’EST-CE QU’UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

      Une signature électronique est un symbole ou un ensemble d’autres données au format numérique joints à un document électronique et appliqués ou adoptés par une personne avec l’intention de signer. Le plus souvent, les signatures électroniques prennent la forme d’une image représentant une signature physique.

      POURQUOI UTILISER UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

      Le fait de signer électroniquement des documents permet de gagner du temps. Si quelqu’un vous envoie un document à signer, vous n’avez plus à l’imprimer, le signer et le scanner pour enfin le renvoyer. Vous pouvez signer électroniquement le document en quelques minutes et le renvoyer immédiatement. Vous pouvez même ajouter votre signature électronique sur un document à l’aide de votre tablette ou d’un appareil mobile.

      LÉGAL, SÉCURISÉ ET PROFESSIONNEL

      La signature électronique a une forte valeur légale en France comme dans le reste de l’Union Européenne. Forte de nombreuses jurisprudences en sa faveur, elle a pu depuis quelques années prouver sa valeur juridique. La solution Uplex.fr  est conforme aux exigences techniques de la Signature Electronique Avancée et également de la Signature Electronique Qualifiée (SEQ) au sens du règlement eIDAS.  Des certificats numériques permettant de maximiser la sécurité des transactions et des signatures sont nativement intégrés à nos solutions (conformité aux exigences ETSI). Les signataires n’ont plus besoin d’acheter un certificat numérique avant de pouvoir effectuer une signature. Est intégré, un certificat de signature recevable devant les tribunaux, avec un système de traçabilité numérique complet permettant de confirmer la validité de vos transactions. La solution Uplex.fr repose également sur les normes de chiffrement, les pratiques de conservation et de stockage et la sécurité des données les plus rigoureuses du secteur. En conséquence, vous êtes assuré de l’intégrité des données et ainsi de la légalité de vos transactions.

      COMMENT PROFITEZ DE LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE 

      Étape 1. Téléchargez un modèle sur Uplex.fr

      Étape 2. Adressez-nous par email votre document finalisé (contrat, bon de commande …) ainsi que l’email de votre / vos cocontractant(s).

      Étape 3. Cliquez sur le lien « Signez électroniquement votre document » (envoyé également à votre cocontractant).