Contrat de Kinésithérapeute en Cabinet médical

49,90 €

Contrat de Kinésithérapeute en Cabinet médical à télécharger. Les mises à jour et alertes juridiques sur ce Contrat sont offertes avec le département droit médical de la plateforme juridique Actoba.com. Ce modèle peut être téléchargé avec le forfait illimité de modèles de contrats. 

Plus de détails

CONTRAT DE KINESITHERAPEUTE 

 

Contrat de Kinésithérapeute en Cabinet médical à télécharger (CDD).  Le Salarié a notamment pour missions  d'accueillir le malade, consulter les documents relatifs au traitement (dossier médical, ordonnance, radios ...). Le Code de la Santé Publique (Articles L4321-1 à L 4321-21 et R 4321-1 à R4321-13) définit l’exercice de la profession de masseur-kinésithérapeute (MK) et les actes professionnels relatifs à ce métier de la manière suivante : « La profession de masseur-kinésithérapeute consiste à pratiquer habituellement le massage et la gymnastique médicale… ». L’exercice de cette profession est assujetti à un enregistrement du diplôme certificat ou titre professionnel auprès des services de l’Etat et à l’inscription au tableau de l’Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes. La masso-kinésithérapie consiste en la réalisation d’actes de façon manuelle ou instrumentale, notamment à des fins de rééducation, et qui ont pour but de prévenir l’altération des capacités fonctionnelles, de concourir à leur maintien et, lorsqu’elles sont altérées, de les rétablir ou d’y suppléer. 

MISSIONS DU KINESITHERAPEUTE 

Sur prescription médicale, le masseur-kinésithérapeute est habilité à participer aux traitements de rééducation suivants : rééducation concernant un système ou appareil comme la rééducation orthopédique, neurologique, traumatique, respiratoire, cardiovasculaire et des troubles vasculaires et lymphatiques ; rééducation concernant les séquelles comme la rééducation de l’amputé, de lésions abdominales, périnéo-sphinctérienne à compter du quatre-vingt-dixième jour après l’accouchement, des brûlés ; rééducation d’une fonction particulière comme la rééducation de la motilité faciale et de la mastication, la rééducation de la déglutition, la rééducation des troubles de l’équilibre. Pour la mise en œuvre de ces traitements, il utilise en fonction de son diagnostic kinésithérapique, les activités de (article R4321-13 du CSP): massages, drainage lymphatique manuel, postures, de mobilisation articulaire, d’étirements musculo-tendineux, de mécanothérapie, de relaxation neuromusculaire,  d’électro-physiothérapie, de renforcement musculaire et de réentraînement à l’effort, d’augmentation du flux expiratoire, d’aspirations rhino-pharyngées et trachéales, de visite à domicile dans le cadre d’un bilan ergonomique. d’éducation, de prévention de dépistage, de formation et d’encadrement,  de formation, collaboration et coopération avec les autres professionnels de santé ...

L'activité s’exerce le plus souvent sur prescription médicale dans un but thérapeutique. Le kinésithérapeute réalise de façon manuelle ou instrumentée, des actes destinés à rétablir les capacités fonctionnelles (musculaires, articulaires, organiques) ou à en prévenir l’altération. Il traite les traumatismes dus aux accidents ou les conséquences du vieillissement. Il soigne les affections bénignes (lombalgies, torticolis, entorses). Le Kinésithérapeute choisit les méthodes et les techniques à employer. Elles sont variées et adaptées à chaque cas : massothérapie, physiothérapie (eau, chaleur, électricité), gymnastique médicale, drainage lymphatique, kinésithérapie respiratoire, articulaire, fonctionnelle ou motrice.  Le kinésithérapeute participe à la prévention et conseille les patients afin qu’ils puissent éviter de rencontrer les mêmes difficultés (hygiène, maintien). Le Kinésithérapeute collabore avec d’autres professionnels de la santé : médecinprescripteur, personnel soignant, autres spécialistes de la rééducation (ergothérapeute).  Il exécute également des tâches administratives (suivi des dossiers des patients, relation avec les caisses d’assurance maladie) et comptables (gestion des recettes et des frais liés à l’activité libérale) ...

Le terme de kinésithérapie1 est apparu en 1847 et désignait les soins du corps par le mouvement et le geste. Ces pratiques se développent en même temps que le massage et la gymnastique médicale. Mais ces thérapies non scientifiquement prouvées, rendent impossible une spécialisation médicale, elles sont donc déléguées à deux corps professionnels émergents d’auxiliaires médicaux qui se sont développés dans le contexte de la réhabilitation des blessés de la première guerre mondiale : les infirmiers masseurs (1923) et les gymnastes médicaux. La fusion des métiers de masseurs, masseurs aveugles et gymnastes médicaux en 1946 par la création du diplôme d’Etat de Masseur-Kinésithérapeute entérine la profession actuelle et l’assujettie à la prescription médicale, l’activité de soins étant déléguée et contrôlée. Depuis, l’essor de la kinésithérapie a été marqué par une transmission de l’art, transmission entre praticiens de pratiques empiriques ayant des résultats cliniques. L’apparition du certificat de spécialité en médecine physique et de réadaptation en 1966 et du certificat d’aptitude aux fonctions de masseur-kinésithérapeute moniteur en 1969, attribue le champ de la recherche au corps médical et l’enseignement aux « experts » de la kinésithérapie. Pour autant, l’évolution récente des métiers de la santé validant le rôle propre, la démarche diagnostique et entérinant les ordres professionnels, replace la kinésithérapie face à son autonomie et sa responsabilité. L’utilité sociale de la kinésithérapie s’inscrit dans une validation des pratiques au delà des reconnaissances implicites des usagers et du corps médical.  

FORME D'EXERCICE DU KINESITHERAPEUTE 


   

Le secteur d’exercice du métier, en salariat ou en libéral, influence le développement des compétences du masseur-kinésithérapeute. Dans le cadre de son exercice salarial, le masseur-kinésithérapeute exerce son métier, selon l’orientation médicale de son secteur d’activité. Il peut développer une expertise technique. En première intention, il est observé plusieurs modalités d’exercice du métier de masseur kinésithérapeute salarié, en fonction des types d’activités et de structures de soins :  orienteur / diagnostiqueur (centré sur le chemin clinique) ; hyper-techniciste (centré sur les pathologies, les technologies,…) ; polyvalent ou plurivalent (centré sur une approche généraliste) Ces types de "profils" pouvant coexister dans le même établissement. Ils peuvent aussi appartenir à un même individu : hyper-techniciste en neurologie et capable d’orienter / chemin clinique : « bon patient, bon endroit, bon moment ». Dans le cadre de son exercice libéral, le masseur-kinésithérapeute a tendance à s’orienter soit vers un exercice polyvalent, soit vers un exercice spécialisé en lien avec une fonction particulière.

Description de ce Contrat de Kinésithérapeute en Cabinet médical :     

- Format : Word 
- Téléchargement immédiat : oui
- 13 pages
- Mise à jour : Oui 
- Modifiable librement : Oui 
- Revente / Publication : interdite 

Questions Réponses

Pas encore de question, posez-la vôtre

Donnez votre avis

Contrat de Kinésithérapeute en Cabinet médical

Contrat de Kinésithérapeute en Cabinet médical

Contrat de Kinésithérapeute en Cabinet médical à télécharger. Les mises à jour et alertes juridiques sur ce Contrat sont offertes avec le département droit médical de la plateforme juridique Actoba.com. Ce modèle peut être téléchargé avec le forfait illimité de modèles de contrats. 

Nouveau : avec Uplex.fr, signez tous vos documents juridiques (contrats, bons de commande …) avec une signature électronique fiable, sécurisée et reconnue juridiquement (conforme aux standards européens). Signature électronique 100% Sécurisée. En utilisant la signature électronique, vous accélérer votre productivité tout en préservant l’environnement.

QU’EST-CE QU’UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

Une signature électronique est un symbole ou un ensemble d’autres données au format numérique joints à un document électronique et appliqués ou adoptés par une personne avec l’intention de signer. Le plus souvent, les signatures électroniques prennent la forme d’une image représentant une signature physique.

POURQUOI UTILISER UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

Le fait de signer électroniquement des documents permet de gagner du temps. Si quelqu’un vous envoie un document à signer, vous n’avez plus à l’imprimer, le signer et le scanner pour enfin le renvoyer. Vous pouvez signer électroniquement le document en quelques minutes et le renvoyer immédiatement. Vous pouvez même ajouter votre signature électronique sur un document à l’aide de votre tablette ou d’un appareil mobile.

LÉGAL, SÉCURISÉ ET PROFESSIONNEL

La signature électronique a une forte valeur légale en France comme dans le reste de l’Union Européenne. Forte de nombreuses jurisprudences en sa faveur, elle a pu depuis quelques années prouver sa valeur juridique. La solution Uplex.fr  est conforme aux exigences techniques de la Signature Electronique Avancée et également de la Signature Electronique Qualifiée (SEQ) au sens du règlement eIDAS.  Des certificats numériques permettant de maximiser la sécurité des transactions et des signatures sont nativement intégrés à nos solutions (conformité aux exigences ETSI). Les signataires n’ont plus besoin d’acheter un certificat numérique avant de pouvoir effectuer une signature. Est intégré, un certificat de signature recevable devant les tribunaux, avec un système de traçabilité numérique complet permettant de confirmer la validité de vos transactions. La solution Uplex.fr repose également sur les normes de chiffrement, les pratiques de conservation et de stockage et la sécurité des données les plus rigoureuses du secteur. En conséquence, vous êtes assuré de l’intégrité des données et ainsi de la légalité de vos transactions.

COMMENT PROFITEZ DE LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE 

Étape 1. Téléchargez un modèle sur Uplex.fr

Étape 2. Adressez-nous par email votre document finalisé (contrat, bon de commande …) ainsi que l’email de votre / vos cocontractant(s).

Étape 3. Cliquez sur le lien « Signez électroniquement votre document » (envoyé également à votre cocontractant).