Contrat de transfert de données personnelles

En téléchargement

Téléchargez ce contrat aujourd'hui et votre accès à la plateforme juridique de référence LegalPlanet.pro est inclus :

  • Modèles de contrats en illimité
  • Mises à jour permanentes
  • Vos Conventions Collectives à jour
  • Questions Réponses juridiques gratuites
  • Accès au juridique applicable à votre Métier
Modèle de 'Contrat de transfert de données personnelles' à Télécharger (Format Word MS et Pages pour Mac OS, 15 pages, avec Mise à jour, Modifiable librement, Revente ou Publication interdite)

Plus de détails

Qu'est-ce qu'un contrat de transfert de données personnelles ?

Un contrat de transfert de données personnelles est un accord juridique entre deux parties, généralement un exportateur et un importateur de données, qui régit le transfert de données personnelles d'un pays à un autre. Ce type de contrat est essentiel pour garantir que les données personnelles sont protégées conformément aux lois et réglementations en vigueur.Selon l'article 44 du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), "tout transfert de données à caractère personnel qui fait l'objet d'un traitement ou est destiné à faire l'objet d'un traitement après ce transfert vers un pays tiers ou à une organisation internationale ne peut avoir lieu que si, sous réserve des autres dispositions du présent règlement, les conditions énoncées dans le présent chapitre sont respectées par le responsable du traitement et le sous-traitant".

Quels sont les éléments essentiels d'un contrat de transfert de données personnelles ?

Les éléments essentiels d'un contrat de transfert de données personnelles incluent :1. Les parties au contrat : identification de l'exportateur et de l'importateur de données. 2. La description des données transférées : type, nature et catégories de données. 3. Les finalités du transfert : pourquoi les données sont transférées. 4. Les mesures de sécurité : techniques et organisationnelles pour protéger les données. 5. Les droits des personnes concernées : accès, rectification, suppression, etc.L'article 28 du RGPD stipule que "le traitement par un sous-traitant est régi par un contrat ou un autre acte juridique au titre du droit de l'Union ou du droit d'un État membre, qui lie le sous-traitant à l'égard du responsable du traitement et définit l'objet et la durée du traitement, la nature et la finalité du traitement, le type de données à caractère personnel et les catégories de personnes concernées, ainsi que les obligations et les droits du responsable du traitement".

Quels sont les risques associés au transfert de données personnelles ?

Les risques associés au transfert de données personnelles incluent :1. La perte de données : les données peuvent être perdues ou détruites. 2. L'accès non autorisé : des tiers non autorisés peuvent accéder aux données. 3. La non-conformité : le transfert peut ne pas respecter les lois et réglementations. 4. La violation des droits des personnes concernées : les droits des individus peuvent être compromis.L'article 32 du RGPD exige que "le responsable du traitement et le sous-traitant mettent en œuvre des mesures techniques et organisationnelles appropriées pour garantir un niveau de sécurité adapté au risque, y compris, entre autres, selon les besoins, la pseudonymisation et le chiffrement des données à caractère personnel".

Comment garantir la conformité d'un contrat de transfert de données personnelles avec le RGPD ?

Pour garantir la conformité d'un contrat de transfert de données personnelles avec le RGPD, il est essentiel de :1. Effectuer une évaluation d'impact sur la protection des données (DPIA). 2. Utiliser des clauses contractuelles types approuvées par la Commission européenne. 3. Mettre en place des mesures de sécurité appropriées. 4. Obtenir le consentement explicite des personnes concernées, si nécessaire.L'article 46 du RGPD précise que "en l'absence de décision d'adéquation en vertu de l'article 45, un transfert ou un ensemble de transferts de données à caractère personnel vers un pays tiers ou une organisation internationale n'a lieu que si le responsable du traitement ou le sous-traitant a prévu des garanties appropriées, et à condition que les droits opposables et les voies de droit effectives pour les personnes concernées soient disponibles".

Quelles sont les obligations des parties dans un contrat de transfert de données personnelles ?

Les obligations des parties dans un contrat de transfert de données personnelles incluent :1. L'exportateur de données doit s'assurer que le transfert est conforme aux lois applicables. 2. L'importateur de données doit traiter les données conformément aux instructions de l'exportateur. 3. Les deux parties doivent mettre en œuvre des mesures de sécurité appropriées. 4. Les deux parties doivent coopérer avec les autorités de protection des données.L'article 28 du RGPD stipule que "le sous-traitant ne recrute pas un autre sous-traitant sans l'autorisation écrite préalable, spécifique ou générale, du responsable du traitement. Dans le cas d'une autorisation écrite générale, le sous-traitant informe le responsable du traitement de tout changement prévu concernant l'ajout ou le remplacement d'autres sous-traitants, donnant ainsi au responsable du traitement la possibilité d'émettre des objections à l'encontre de ces changements".

Qu'est-ce qu'une clause contractuelle type dans le cadre d'un transfert de données personnelles ?

Une clause contractuelle type est une disposition standardisée approuvée par la Commission européenne pour encadrer les transferts de données personnelles vers des pays tiers. Ces clauses garantissent que les données transférées bénéficient d'un niveau de protection adéquat, même en dehors de l'Union européenne.L'article 46 du RGPD mentionne que "les garanties appropriées visées au paragraphe 1 peuvent être fournies, sans qu'une autorisation spécifique d'une autorité de contrôle soit nécessaire, par : a) un instrument juridiquement contraignant et exécutoire entre autorités ou organismes publics ; b) des règles d'entreprise contraignantes conformément à l'article 47 ; c) des clauses types de protection des données adoptées par la Commission conformément à la procédure d'examen visée à l'article 93, paragraphe 2".

Qu'est-ce qu'une décision d'adéquation en matière de transfert de données personnelles ?

Une décision d'adéquation est une décision prise par la Commission européenne qui reconnaît qu'un pays tiers, un territoire ou un secteur spécifique offre un niveau de protection des données personnelles équivalent à celui de l'Union européenne. Cette décision permet le transfert de données personnelles sans nécessiter de garanties supplémentaires.L'article 45 du RGPD stipule que "un transfert de données à caractère personnel vers un pays tiers ou une organisation internationale peut avoir lieu lorsque la Commission a décidé que le pays tiers, un territoire ou un ou plusieurs secteurs spécifiques au sein de ce pays tiers, ou l'organisation internationale en question, assure un niveau de protection adéquat".

Qu'est-ce qu'une évaluation d'impact sur la protection des données (DPIA) ?

Une évaluation d'impact sur la protection des données (DPIA) est un processus systématique visant à identifier et à atténuer les risques pour la vie privée des personnes concernées par le traitement de leurs données personnelles. Elle est particulièrement importante pour les traitements susceptibles d'engendrer un risque élevé pour les droits et libertés des individus.L'article 35 du RGPD précise que "lorsqu'un type de traitement, en particulier s'il utilise de nouvelles technologies, et compte tenu de la nature, de la portée, du contexte et des finalités du traitement, est susceptible d'engendrer un risque élevé pour les droits et libertés des personnes physiques, le responsable du traitement effectue, avant le traitement, une évaluation de l'impact des opérations de traitement envisagées sur la protection des données à caractère personnel".

Quels sont les droits des personnes concernées dans le cadre d'un transfert de données personnelles ?

Les droits des personnes concernées dans le cadre d'un transfert de données personnelles incluent :1. Le droit d'accès : les individus peuvent demander l'accès à leurs données personnelles. 2. Le droit de rectification : les individus peuvent demander la correction de leurs données inexactes. 3. Le droit à l'effacement : les individus peuvent demander la suppression de leurs données. 4. Le droit à la portabilité des données : les individus peuvent demander le transfert de leurs données à un autre responsable du traitement.L'article 15 du RGPD stipule que "la personne concernée a le droit d'obtenir du responsable du traitement la confirmation que des données à caractère personnel la concernant sont ou ne sont pas traitées et, lorsqu'elles le sont, l'accès auxdites données à caractère personnel et aux informations suivantes : a) les finalités du traitement ; b) les catégories de données à caractère personnel concernées ; c) les destinataires ou catégories de destinataires auxquels les données à caractère personnel ont été ou seront communiquées".

Quelles sont les sanctions en cas de non-conformité d'un contrat de transfert de données personnelles ?

Les sanctions en cas de non-conformité d'un contrat de transfert de données personnelles peuvent être sévères et incluent :1. Des amendes administratives pouvant atteindre 20 millions d'euros ou 4 % du chiffre d'affaires annuel mondial, selon le montant le plus élevé. 2. Des sanctions pénales, selon les législations nationales. 3. Des actions en justice de la part des personnes concernées pour violation de leurs droits.L'article 83 du RGPD précise que "les amendes administratives sont infligées en fonction des circonstances de chaque cas individuel. Les amendes sont infligées en plus ou à la place des mesures visées à l'article 58, paragraphe 2, points a) à h) et j). Lors de la décision d'infliger une amende administrative et de son montant dans chaque cas individuel, il convient de tenir dûment compte des éléments suivants : a) la nature, la gravité et la durée de la violation".

Comment rédiger un contrat de transfert de données personnelles ?

Pour rédiger un contrat de transfert de données personnelles, il est important de :1. Identifier les parties au contrat : exportateur et importateur de données. 2. Décrire les données transférées : type, nature et catégories de données. 3. Définir les finalités du transfert : pourquoi les données sont transférées. 4. Établir les mesures de sécurité : techniques et organisationnelles pour protéger les données. 5. Inclure les droits des personnes concernées : accès, rectification, suppression, etc. 6. Utiliser des clauses contractuelles types approuvées par la Commission européenne, si applicable.L'article 28 du RGPD stipule que "le traitement par un sous-traitant est régi par un contrat ou un autre acte juridique au titre du droit de l'Union ou du droit d'un État membre, qui lie le sous-traitant à l'égard du responsable du traitement et définit l'objet et la durée du traitement, la nature et la finalité du traitement, le type de données à caractère personnel et les catégories de personnes concernées, ainsi que les obligations et les droits du responsable du traitement".

Qu'est-ce qu'un transfert de données personnelles vers un pays tiers ?

Un transfert de données personnelles vers un pays tiers est le processus par lequel des données personnelles sont envoyées d'un pays membre de l'Union européenne vers un pays non membre. Ce type de transfert est soumis à des règles strictes pour garantir que les données bénéficient d'un niveau de protection adéquat.L'article 44 du RGPD stipule que "tout transfert de données à caractère personnel qui fait l'objet d'un traitement ou est destiné à faire l'objet d'un traitement après ce transfert vers un pays tiers ou à une organisation internationale ne peut avoir lieu que si, sous réserve des autres dispositions du présent règlement, les conditions énoncées dans le présent chapitre sont respectées par le responsable du traitement et le sous-traitant".

Quelles sont les mesures de sécurité à mettre en place pour un transfert de données personnelles ?

Les mesures de sécurité à mettre en place pour un transfert de données personnelles incluent :1. La pseudonymisation et le chiffrement des données. 2. La mise en place de contrôles d'accès stricts. 3. La surveillance et l'audit réguliers des systèmes de traitement des données. 4. La formation des employés sur la protection des données.L'article 32 du RGPD exige que "le responsable du traitement et le sous-traitant mettent en œuvre des mesures techniques et organisationnelles appropriées pour garantir un niveau de sécurité adapté au risque, y compris, entre autres, selon les besoins, la pseudonymisation et le chiffrement des données à caractère personnel ; b) des moyens permettant de garantir la confidentialité, l'intégrité, la disponibilité et la résilience constantes des systèmes et des services de traitement".

Qu'est-ce qu'une autorité de protection des données et quel est son rôle dans le transfert de données personnelles ?

Une autorité de protection des données est un organisme indépendant chargé de superviser l'application des lois sur la protection des données et de garantir que les droits des individus sont respectés. Dans le cadre du transfert de données personnelles, elle peut :1. Fournir des conseils et des orientations sur les meilleures pratiques. 2. Enquêter sur les plaintes et les violations de données. 3. Imposer des sanctions en cas de non-conformité.L'article 51 du RGPD stipule que "chaque État membre prévoit qu'une ou plusieurs autorités publiques indépendantes sont chargées de surveiller l'application du présent règlement, afin de protéger les droits et libertés fondamentaux des personnes physiques à l'égard du traitement et de faciliter la libre circulation des données à caractère personnel au sein de l'Union".

Qu'est-ce qu'une violation de données personnelles et comment doit-elle être gérée dans le cadre d'un transfert de données ?

Une violation de données personnelles est une infraction à la sécurité entraînant, de manière accidentelle ou illicite, la destruction, la perte, l'altération, la divulgation non autorisée de données personnelles ou l'accès à de telles données. Dans le cadre d'un transfert de données, il est crucial de :1. Notifier la violation à l'autorité de protection des données compétente dans les 72 heures. 2. Informer les personnes concernées si la violation est susceptible d'engendrer un risque élevé pour leurs droits et libertés. 3. Prendre des mesures correctives pour atténuer les effets de la violation.L'article 33 du RGPD stipule que "en cas de violation de données à caractère personnel, le responsable du traitement en notifie la violation en question à l'autorité de contrôle compétente en vertu de l'article 55, sans retard injustifié et, si possible, 72 heures au plus tard après en avoir pris connaissance, à moins que la violation en question ne soit pas susceptible d'engendrer un risque pour les droits et libertés des personnes physiques".

Qu'est-ce que le Privacy Shield et quel est son rôle dans le transfert de données personnelles ?

Le Privacy Shield était un cadre juridique établi entre l'Union européenne et les États-Unis pour faciliter le transfert de données personnelles tout en garantissant un niveau de protection adéquat. Cependant, il a été invalidé par la Cour de justice de l'Union européenne en juillet 2020 dans l'affaire Schrems II.L'article 45 du RGPD stipule que "un transfert de données à caractère personnel vers un pays tiers ou une organisation internationale peut avoir lieu lorsque la Commission a décidé que le pays tiers, un territoire ou un ou plusieurs secteurs spécifiques au sein de ce pays tiers, ou l'organisation internationale en question, assure un niveau de protection adéquat".

Qu'est-ce qu'une règle d'entreprise contraignante (BCR) ?

Une règle d'entreprise contraignante (BCR) est un ensemble de politiques internes adoptées par un groupe d'entreprises pour permettre le transfert de données personnelles au sein du groupe, y compris vers des pays tiers, tout en garantissant un niveau de protection adéquat. Les BCR doivent être approuvées par une autorité de protection des données compétente.L'article 47 du RGPD stipule que "les autorités de contrôle approuvent les règles d'entreprise contraignantes conformément au mécanisme de cohérence visé à l'article 63, à condition qu'elles : a) soient juridiquement contraignantes et s'appliquent à chaque membre concerné du groupe d'entreprises ou du groupe d'entreprises engagées dans une activité économique conjointe, y compris leurs employés ; b) confèrent expressément aux personnes concernées des droits opposables concernant le traitement de leurs données à caractère personnel".

Qu'est-ce qu'un sous-traitant dans le cadre d'un transfert de données personnelles ?

Un sous-traitant est une personne physique ou morale, une autorité publique, une agence ou un autre organisme qui traite des données personnelles pour le compte du responsable du traitement. Dans le cadre d'un transfert de données personnelles, le sous-traitant doit respecter les instructions du responsable du traitement et mettre en œuvre des mesures de sécurité appropriées.L'article 28 du RGPD stipule que "le traitement par un sous-traitant est régi par un contrat ou un autre acte juridique au titre du droit de l'Union ou du droit d'un État membre, qui lie le sous-traitant à l'égard du responsable du traitement et définit l'objet et la durée du traitement, la nature et la finalité du traitement, le type de données à caractère personnel et les catégories de personnes concernées, ainsi que les obligations et les droits du responsable du traitement".

Qu'est-ce qu'un responsable du traitement dans le cadre d'un transfert de données personnelles ?

Un responsable du traitement est une personne physique ou morale, une autorité publique, une agence ou un autre organisme qui détermine les finalités et les moyens du traitement des données personnelles. Dans le cadre d'un transfert de données personnelles, le responsable du traitement doit s'assurer que le transfert est conforme aux lois et réglementations applicables.L'article 4 du RGPD définit le responsable du traitement comme "la personne physique ou morale, l'autorité publique, le service ou un autre organisme qui, seul ou conjointement avec d'autres, détermine les finalités et les moyens du traitement des données à caractère personnel ; lorsque les finalités et les moyens de ce traitement sont déterminés par le droit de l'Union ou le droit d'un État membre, le responsable du traitement ou les critères spécifiques de sa désignation peuvent être prévus par le droit de l'Union ou par le droit d'un État membre".

Qu'est-ce qu'un transfert ultérieur de données personnelles ?

Un transfert ultérieur de données personnelles est le processus par lequel des données personnelles, initialement transférées d'un pays à un autre, sont ensuite transférées à un tiers dans un autre pays. Ce type de transfert doit également respecter les règles et les garanties prévues par le RGPD pour protéger les données personnelles.L'article 44 du RGPD stipule que "tout transfert de données à caractère personnel qui fait l'objet d'un traitement ou est destiné à faire l'objet d'un traitement après ce transfert vers un pays tiers ou à une organisation internationale ne peut avoir lieu que si, sous réserve des autres dispositions du présent règlement, les conditions énoncées dans le présent chapitre sont respectées par le responsable du traitement et le sous-traitant".

Qu'est-ce qu'un consentement explicite dans le cadre d'un transfert de données personnelles ?

Un consentement explicite est une manifestation de volonté libre, spécifique, éclairée et univoque par laquelle une personne concernée accepte, par une

Donnez votre avis

Contrat de transfert de données personnelles

Contrat de transfert de données personnelles

Modèle de 'Contrat de transfert de données personnelles' à Télécharger (Format Word MS et Pages pour Mac OS, 15 pages, avec Mise à jour, Modifiable librement, Revente ou Publication interdite)

Nouveau : avec Uplex.fr, signez tous vos documents juridiques (contrats, bons de commande …) avec une signature électronique fiable, sécurisée et reconnue juridiquement (conforme aux standards européens). Signature électronique 100% Sécurisée. En utilisant la signature électronique, vous accélérer votre productivité tout en préservant l’environnement.

QU’EST-CE QU’UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

Une signature électronique est un symbole ou un ensemble d’autres données au format numérique joints à un document électronique et appliqués ou adoptés par une personne avec l’intention de signer. Le plus souvent, les signatures électroniques prennent la forme d’une image représentant une signature physique.

POURQUOI UTILISER UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

Le fait de signer électroniquement des documents permet de gagner du temps. Si quelqu’un vous envoie un document à signer, vous n’avez plus à l’imprimer, le signer et le scanner pour enfin le renvoyer. Vous pouvez signer électroniquement le document en quelques minutes et le renvoyer immédiatement. Vous pouvez même ajouter votre signature électronique sur un document à l’aide de votre tablette ou d’un appareil mobile.

LÉGAL, SÉCURISÉ ET PROFESSIONNEL

La signature électronique a une forte valeur légale en France comme dans le reste de l’Union Européenne. Forte de nombreuses jurisprudences en sa faveur, elle a pu depuis quelques années prouver sa valeur juridique. La solution Uplex.fr  est conforme aux exigences techniques de la Signature Electronique Avancée et également de la Signature Electronique Qualifiée (SEQ) au sens du règlement eIDAS.  Des certificats numériques permettant de maximiser la sécurité des transactions et des signatures sont nativement intégrés à nos solutions (conformité aux exigences ETSI). Les signataires n’ont plus besoin d’acheter un certificat numérique avant de pouvoir effectuer une signature. Est intégré, un certificat de signature recevable devant les tribunaux, avec un système de traçabilité numérique complet permettant de confirmer la validité de vos transactions. La solution Uplex.fr repose également sur les normes de chiffrement, les pratiques de conservation et de stockage et la sécurité des données les plus rigoureuses du secteur. En conséquence, vous êtes assuré de l’intégrité des données et ainsi de la légalité de vos transactions.

COMMENT PROFITEZ DE LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE 

Étape 1. Téléchargez un modèle sur Uplex.fr

Étape 2. Adressez-nous par email votre document finalisé (contrat, bon de commande …) ainsi que l’email de votre / vos cocontractant(s).

Étape 3. Cliquez sur le lien « Signez électroniquement votre document » (envoyé également à votre cocontractant).