Contrat de Vente de Titre de Presse

49,90 €

Modèle de Contrat de Vente de Titre de Presse à télécharger. Ce contrat permet à l’Editeur d'un Titre de presse de revendre une publication à un Cessionnaire. Les mises à jour sur ce Contrat sont offertes avec le département droit de la presse de la plateforme juridique Actoba.com. Ce modèle peut être téléchargé avec le forfait illimité de modèles de contrats.  

Plus de détails

Objet du Contrat de vente de Titre de Presse

 

Modèle de Contrat de Vente de Titre de Presse à télécharger. Ce contrat a pour objet d’encadrer la cession d’une publication de presse à un Cessionnaire. Le contrat a pour objet de fixer les conditions dans lesquelles le Cédant cède au Cessionnaire l’ensemble de ses droits patrimoniaux sur le Titre de presse mais également ses déclinaisons ainsi que le droit de propriété sur l’ensemble des supports physiques du Titre de presse, ses accessoires, sa documentation et les fichiers associés, de quelque nature qu’ils soient.  

 

Clauses sensibles du Contrat de Vente de Titre de presse

Ce modèle de Contrat de Vente de Titre de presse encadre toutes les clauses de l’opération et notamment les clauses de garantie d’éviction, de subrogation, de cession de droits, de périmètre de la cession  …. Il est entendu que le Titre de presse est, au sens du Code de la propriété intellectuelle, une oeuvre collective créée à l’initiative du Cédant, qui l’a édité, l’a publié et l’a divulgué sous sa direction et son nom.  Au sens du contrat, le Titre désigne l'ensemble des déclinaisons du titre, quels qu'en soient le support, les modes de diffusion et de consultation. Est ainsi assimilée au Titre de presse, la diffusion de tout ou partie de son contenu par un service de communication au public en ligne ou par tout autre service, édité par le Cédant.  

 

Obligations du Cessionnaire du titre de Presse

Parmi les obligations du Cessionnaire du Titre de Presse figurent notamment celles de la prise en charge des conséquences de la clause de conscience des journalistes. Suite à la cession du Titre de presse, le Cessionnaire fera son affaire personnelle des conséquences de l’exercice, par les journalistes du Titre, de leur clause de conscience. En application du Code du travail, en cas de cession d’un Titre ou d’un changement notable dans la direction ou l’actionnariat du Titre, le journaliste peut prendre l’initiative de la rupture de son contrat de travail sans qu’elle lui soit imputable, moyennant une indemnité de licenciement. À cette fin, le journaliste devra  prouver un changement notable dans le caractère ou l’orientation du périodique si ce changement crée, pour lui, une situation de nature à porter atteinte à son honneur, à sa réputation ou d’une manière générale à ses intérêts moraux.

 

Vente d’un titre de presse : la question des droits de mutation

 

La vente du Titre de presse doit être une cession isolée d’un élément du fonds de commerce du Cédant / Editeur. A ce titre, la vente isolée des éléments d'un fonds autres que la clientèle ne constitue pas une cession de fonds de commerce et se trouve soumise au régime du droit commun des ventes de meubles pour les supports physiques du Titre et au droit de la cession des droits de propriété intellectuelle pour les actifs incorporels. La cession d'un élément séparé du fonds de commerce constitue un acte normal qui entraîne l'exigibilité de la TVA. La  cession du titre de presse ne doit donc pas constituer une mutation de fonds de commerce dès lors que les éléments caractérisant le fonds ne sont pas transmis, et notamment la clientèle du Cédant. Dans le cadre de la vente d’un titre de presse et du risque de requalification en cession de fonds de commerce (et donc du paiement desdroits d'enregistrement prévu à l'article 719 du code général des impôts) on gardera à l’esprit les points suivants (source : BOPI) :

Le fonds de commerce est l'ensemble des droits et valeurs au moyen desquels s'exerce un négoce ou une industrie. Il est composé de divers éléments et c'est leur réunion, leur groupement sous une direction unique, l'action respective qu'ils ont les uns sur les autres, le fait qu'ils se valorisent réciproquement qui créent le fonds de commerce. Ces éléments sont habituellement classés en éléments incorporels et éléments corporels.  

Parmi les éléments incorporels, l'élément essentiel, sans lequel le fonds ne saurait exister, est la clientèle ou achalandage. La clientèle est la valeur que représentent les rapports probables ou possibles avec les personnes qui demanderont des biens ou des services à l'exploitant du fonds. Clientèle et achalandage sont synonymes. Sans clientèle, il n'existe plus, à proprement parler, de fonds de commerce, mais seulement des marchandises, des droits ou objets mobiliers ne constituant plus une entité juridique distincte, et sans rapport de destination les uns avec les autres. Pour qu'il y ait cession de fonds de commerce, il est nécessaire que la clientèle du cédant soit transmise, sous une forme ou sous une autre, à l'acquéreur.

Se rattachent à la clientèle : le nom commercial : appellation sous laquelle l'exploitant du fonds fait le commerce ;  l'enseigne : nom, dénomination de fantaisie, emblème qui individualise le fonds et sert comme le nom commercial à attirer et retenir le client ; les droits de propriété industrielle, littéraire et artistique : procédés de fabrication, marques de fabrique, brevets d'invention, dessins et modèles, etc. ; les autorisations administratives ou licences donnant le droit d'exploiter le fonds ; les marchés en cours. Outre la clientèle, les éléments incorporels formant un fonds de commerce comprennent généralement le droit au bail.

Les éléments corporels du fonds de commerce comprennent les objets mobiliers ou autres servant à l'exploitation du fonds. En font partie non seulement les meubles proprement dits (rayons, bureaux, comptoirs, etc.), mais encore le matériel industriel, l'outillage, les approvisionnements et, d'une façon générale, tous les objets mobiliers qui, par opposition aux marchandises neuves, ne sont pas destinés à être vendus. Toutefois, le matériel ne constitue un élément du fonds de commerce que dans le cas où le commerçant est locataire de l'immeuble dans lequel il exerce son commerce.

Description de ce modèle de Contrat de cession de Titre de Presse :

- Format : Word 
- Téléchargement immédiat : oui
- 10 pages 
- Mise à jour : Oui 
- Modifiable librement : Oui 
- Revente / Publication : interdite 

Questions Réponses

Pas encore de question, posez-la vôtre

PRO

OK BIEN FAIT, COMPLET

    clair

    correspond tout à fait à mon besoin, cession d'un seul petit magazine en conservant les autres titres, je ne connaissais pas le site, je recommanderai

      OK

      Modèle concluant, très pro avec des choses auxquelles on ne pense pas (la vente des contacts des abonnés)

        impec

        j'ai cherché en vain ce modèle ! content d'avoir pu l'avoir enfin, contenu très professionnel

          Donnez votre avis !

          Donnez votre avis

          Contrat de Vente de Titre de Presse

          Contrat de Vente de Titre de Presse

          Modèle de Contrat de Vente de Titre de Presse à télécharger. Ce contrat permet à l’Editeur d'un Titre de presse de revendre une publication à un Cessionnaire. Les mises à jour sur ce Contrat sont offertes avec le département droit de la presse de la plateforme juridique Actoba.com. Ce modèle peut être téléchargé avec le forfait illimité de modèles de contrats.  

          Nouveau : avec Uplex.fr, signez tous vos documents juridiques (contrats, bons de commande …) avec une signature électronique fiable, sécurisée et reconnue juridiquement (conforme aux standards européens). Signature électronique 100% Sécurisée. En utilisant la signature électronique, vous accélérer votre productivité tout en préservant l’environnement.

          QU’EST-CE QU’UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

          Une signature électronique est un symbole ou un ensemble d’autres données au format numérique joints à un document électronique et appliqués ou adoptés par une personne avec l’intention de signer. Le plus souvent, les signatures électroniques prennent la forme d’une image représentant une signature physique.

          POURQUOI UTILISER UNE SIGNATURE ÉLECTRONIQUE ?

          Le fait de signer électroniquement des documents permet de gagner du temps. Si quelqu’un vous envoie un document à signer, vous n’avez plus à l’imprimer, le signer et le scanner pour enfin le renvoyer. Vous pouvez signer électroniquement le document en quelques minutes et le renvoyer immédiatement. Vous pouvez même ajouter votre signature électronique sur un document à l’aide de votre tablette ou d’un appareil mobile.

          LÉGAL, SÉCURISÉ ET PROFESSIONNEL

          La signature électronique a une forte valeur légale en France comme dans le reste de l’Union Européenne. Forte de nombreuses jurisprudences en sa faveur, elle a pu depuis quelques années prouver sa valeur juridique. La solution Uplex.fr  est conforme aux exigences techniques de la Signature Electronique Avancée et également de la Signature Electronique Qualifiée (SEQ) au sens du règlement eIDAS.  Des certificats numériques permettant de maximiser la sécurité des transactions et des signatures sont nativement intégrés à nos solutions (conformité aux exigences ETSI). Les signataires n’ont plus besoin d’acheter un certificat numérique avant de pouvoir effectuer une signature. Est intégré, un certificat de signature recevable devant les tribunaux, avec un système de traçabilité numérique complet permettant de confirmer la validité de vos transactions. La solution Uplex.fr repose également sur les normes de chiffrement, les pratiques de conservation et de stockage et la sécurité des données les plus rigoureuses du secteur. En conséquence, vous êtes assuré de l’intégrité des données et ainsi de la légalité de vos transactions.

          COMMENT PROFITEZ DE LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE 

          Étape 1. Téléchargez un modèle sur Uplex.fr

          Étape 2. Adressez-nous par email votre document finalisé (contrat, bon de commande …) ainsi que l’email de votre / vos cocontractant(s).

          Étape 3. Cliquez sur le lien « Signez électroniquement votre document » (envoyé également à votre cocontractant).